Vous êtes ici

Les arts et les métiers d’art traditionnels

Les modes de vie traditionnels jouent un rôle important pour la survie des peuples des Premières Nations des Territoires du Nord-Ouest depuis des temps immémoriaux. De nos jours, nombreux sont les Ténois qui continuent à vivre de la terre de manière durable, notamment par la pratique de la chasse, de la pêche, du piégeage et de la cueillette, tout en protégeant leur culture et en remerciant la nature, sans rien gaspiller.

Bertha Kenny mocassin L’orignal et le caribou, qui sont toujours principalement chassés à des fins alimentaires, fournissent une peau de grande taille qui peut être tannée de façon traditionnelle et transformée en articles imperméables et coupe-vent comme des vêtements, des gants ou des mocassins. On peut même utiliser les bois pour fabriquer des bijoux ou réaliser des sculptures. La peau d’animaux à fourrure, comme le carcajou, le loup, le castor, le vison, le rat musqué, la martre (ou zibeline) et le renard, est chaude et permet d’orner des capuchons de parka ou autres accessoires d’extérieur. Pour résister aux hivers de l’Arctique, rien n’égale la résistance et la chaleur des peaux et des fourrures tannées à la façon traditionnelle.

L’utilisation de matériaux bruts qui proviennent de la nature a toujours demandé beaucoup de travail. C’est pourquoi il faut les préparer avant de pouvoir les utiliser pour fabriquer une œuvre d’art ou d’artisanat à la main.

On agrémentait des objets utilitaires, comme des vêtements et des paniers en écorce de bouleau, avec des décorations de piquants de porc-épic ou du touffetage principalement à des fins d’expression artistique ou d’embellissement. Il a fallu attendre le milieu du XIXe siècle pour que la broderie perlée puisse remplacer les piquants de porc-épic et les poils d’orignal ou de caribou dans les œuvres. Aujourd’hui, on peut remarquer la présence de styles régionaux dans ces techniques de décoration, ce qui reflète les différentes influences et expressions artistiques des groupes des Premières Nations à travers le territoire.

D’autres artistes travaillent avec des matériaux ou du matériel contemporains et tirent leur inspiration des histoires ancestrales, des connaissances traditionnelles et des expériences individuelles des peuples des Premières Nations ténois : la gravure a été présentée aux Inuvialuits d’Ulukhaktok (anciennement Holman) en 1957. Toutefois, ce groupe d’artistes talentueux a adopté cette forme d’art contemporaine pour raconter ses histoires et exprimer sa culture, et c’est avec grand enthousiasme que le marché artistique a accueilli ses œuvres.

Shanno Wilson Traditional sash L’une des principales raisons pour lesquelles l’art et l’artisanat traditionnels existent toujours, c’est qu’ils possèdent une valeur culturelle. Ces œuvres donnent un bon aperçu de l’histoire du Nord et permettent de protéger les riches cultures autochtones qui incarnent notre territoire. Cet héritage fait partie de l’histoire de l’art et de l’artiste qui en est à l’origine.